Le Camarade Pierre est immortel !

pierrot-drapeaux

Camarades,

Notre Camarade Pierre est mort. Vendredi 1er décembre, il a fait une terrible chute dans les escaliers du métro qui l’a laissé entre la vie et la mort. Dimanche, l’équipe médicale a confirmé qu’il n’avait plus d’activité cérébrale. Il a donc été débranché de toutes les machines d’assistance et est décédé ce lundi matin, à l’âge de 80 ans.

Notre tristesse est grande et la perte du Camarade Pierre, en tant que membre de la direction de notre Parti, est immense. De par la dimension internationale de notre lutte, la disparition de notre Camarade est une perte pour le prolétariat international.

La vie du Camarade Pierre est une vie d’engagement révolutionnaire au service du peuple. C’est Mai 68 qui l’a amené à s’engager dans la lutte révolutionnaire. En tant que prolétaire, il se tourne rapidement vers la Gauche Prolétarienne. Son engagement révolutionnaire est conséquent, plein et entier. Qu’il s’agisse de rentrer dans une boîte où il faut déclencher une grève, accompagner les femmes qui veulent avorter à l’étranger, soutenir la lutte des foyers de travailleurs immigrés (qui aboutira à l’obtention d’une carte de séjour), être aux côtés des paysans bretons qui mènent la guerre du lait, ou tout simplement faire le tour du quartier le soir pour connaître les problèmes quotidiens des voisins et voisines, il est là, toujours là, inlassable, infatigable. C’est ainsi qu’il se forge en tant que militant révolutionnaire, militant communiste, militant maoïste. Au coeur des luttes du peuple, parmi les masses comme un poisson dans l’eau.

Au cours de toute sa vie, il continue de se forger dans le feu de la lutte de classe en lien étroit avec les masses et regroupe autour de lui, transmet son expérience, forme des jeunes Camarades, montre la voie de la pratique révolutionnaire avec son énergie caractéristique.

Notre Camarade Pierre laisse derrière lui un souvenir d’un Camarade de toutes les luttes, d’un Camarade inusable, d’un Camarade infatigable, qui n’a jamais quitté le camp des exploités et opprimés.

Dès que nos Camarades ont commencé à parler de sa disparition, nous avons reçu des dizaines et des dizaines de témoignages, de messages de soutien, de partage d’un grand sentiment de tristesse.

Oui Camarades, le camp révolutionnaire perd un Camarade inestimable. Mais grâce à ce qu’il a légué aux jeunes générations, nous avons gagné un espoir, une force, une détermination et un exemple de ce que signifie être un dirigeant communiste authentique, un dirigeant maoïste : ne jamais lâcher, toujours être du côté du peuple et de la classe ouvrière, être parmi les masses comme un poisson dans l’eau, toujours chercher à s’améliorer en sachant se remettre en cause quand il le faut, être ferme sur les principes, une vie au service de la révolution prolétarienne mondiale.

Notre Camarade Pierre vivra dans les luttes du prolétariat international, il est immortel !

Notre Camarade Pierre est un dirigeant maoïste qui restera dans l’histoire de notre classe !

Camarade Pierre, présent !

Vive la révolution prolétarienne mondiale !

Un hommage sera organisé très prochainement, nous donnerons les détails très rapidement.

 

Centenaire de la Révolution d’Octobre : Levons à nouveau le drapeau rouge !

100revoct

Il y a cent ans éclatait la Grande Révolution Socialiste d’Octobre. Un coup de tonnerre au milieu de la Première Guerre Mondiale, guerre inter-impérialiste qui a conduit à s’entre-tuer les peuples d’Europe pour les intérêts des différentes bourgeoisies impérialistes voulant se repartager les richesses mondiales. C’est au milieu de cette guerre que les peuples de Russie ont levé l’étendard rouge pour rejeter la guerre impérialiste et renverser le tsarisme et le capitalisme. Les peuples de Russie dirigés par le Parti Communiste bolchevique de Russie de Lénine ont retourné les fusils contre leurs exploiteurs et ont instauré le premier Etat socialiste au monde. Ils ont montré aux prolétaires du monde entier qu’il est non seulement possible de lutter, quand bien même et d’autant plus au milieu de la tourmente de la Première Guerre Mondiale, mais qu’il est aussi possible de vaincre et que c’est la seule réponse que le prolétariat peut donner à la guerre impérialiste. (suite…)

Georges Abdallah : Toutes et tous à Lannemezan samedi 21 octobre !

affiche GIA campagne idf

Georges Ibrahim Abdallah entrera le 24 octobre dans sa 34e année de détention !

Arrêté en 1984, puis condamné à perpétuité pour complicité dans des actes de résistance revendiqués par les FARL, alors que son pays était occupé par les troupes sionistes, notre camarade Georges Ibrahim Abdallah, âgé de 33 ans lors de son arrestation, aura passé autant d’années dedans que dehors, sans jamais renier son engagement politique. (suite…)

Défendre la vie du président Gonzalo, c’est défendre le maoïsme !

affgonzalo

Le jour du 25e anniversaire de l’arrestation du président Gonzalo du Parti Communiste du Pérou, dirigeant la Guerre Populaire Prolongée au Pérou, l’OCML-VP a décidé de publier un long communiqué présentant le président Gonzalo comme un liquidateur. Cet article est intitulé «  A propos de la Guerre Populaire au Pérou, la trahison de la direction du PCP et la capitulation du Président Gonzalo », le nom annonce la couleur. (suite…)

Sur l’affaire du quai de Valmy

Des peines très lourdes ont été rendues dans l’affaire dite du “quai de Valmy”, où une voiture de police avait été incendiée après une manifestation-provocation du syndicat Alliance. Il n’y avait pas eu de blessés sérieux, des manifestantes et manifestants aidant même une policière à sortir de l’habitacle malgré les affrontements.

Quand bien même le dossier est inconsistant, l’hystérie médiatique et politique a poussé la justice bourgeoise à condamner divers camarades. Voici le détail des peines, relayé sur internet:

– Angel, relaxé.repression

– Bryan, 1000€ d’amende (refus prélèvement ADN).

– Leandro, 1 an de prison avec sursis.

– Kara, 4 ans de prison dont 2 avec sursis. Maintien en détention.

– Ari, 5 ans de prison dont 2 ans et 6 mois avec sursis. Maintien en détention.

– Thomas, 2 ans de prison dont 1 avec sursis.

– Nicolas, 5 ans de prison dont 2 ans et 6 mois avec sursis.

– Antonin, 5 ans de prison dont 2 avec sursis. Pas de mandat de dépôt.

– Joachim, 7 ans de prison, mandat d’arrêt.

– Six prévenus sont condamnés à payer “solidairement” 5000€ de dommages et intérêts au syndicat Alliance.

Ces peines sont extrêmement lourdes. A travers ces peines la justice bourgeoise cherche à envoyer un message et à intimider toutes celles et tous ceux qui s’opposent aux violences policières, à toutes celles et tous ceux qui résistent à la répression. La police est le bras armé de la classe dirigeante, c’est une institution centrale pour la bourgeoisie pour maintenir sa domination. Et c’est bien pour cette raison que la justice de la classe dominante, la justice bourgeoise, ne tolère pas et condamne aux peines les plus lourdes toutes celles et tous ceux qui osent lui faire face.

Rappelons que cette voiture de police a été mise à feu dans un contexte où la police lâchait sa plus grande violence contre le mouvement contre la Loi Travail. Rappelons que jusqu’aujourd’hui dans les nombreux meurtres et crimes policiers, notamment le meurtre d’Adama ou le viol de Théo, aucun policier n’a été condamné à des peines de prisons fermes. Cette justice acquitte et donne un véritable permis de tuer aux forces répressives tandis qu’elles condamnent sans cesse celles et ceux résistant à ces forces répressives. Cette justice bourgeoisie nous la combattons tout comme nous combattons la classe dominante dans son ensemble.

Face à la justice bourgeoise, la solidarité sans faille est notre arme !