A la mémoire du Camarade Javier López – Mexique

Nous relayons le communiqué ci-dessus de Sol Rojo – Mexique annonçant la mort du camarade Javier López Martinez. Nous exprimons notre plus grande solidarité avec les camarades de Sol Rojo suite au décès du camarade Javier López Martinez et nous étendons nos condoléances à l’ensemble des masses du Mexique qui perdent un précieux allié dans leur lutte pour la libération.

« Aujourd’hui nous communiquons à tous les peuples d’Oaxaca, du Mexique et du monde, la triste de nouvelle de la mort d’un militant d’une grande importance de notre organisation.

Le camarade Javier López Martinez, si affectueusement appelé Comandante Rojo, est décédé le 19 mars d’un arrêt respiratoire. Sa famille, ses amis et ses camarades conservent le meilleur de ses souvenirs, forgé dans le feu de la lutte des classes.

— Qui était Javier López Martinez ?

D’origine modeste, fils d’un père et d’une mère de la classe ouvrière, il est entré dans le prolétariat industriel à un jeune âge et a occupé différents emplois en tant que machiniste, opérateur de chariots élévateurs, chauffeur de camion et plus encore. Plus tard, avec les mêmes mains robustes et calleuses il passe un temps dans l’armée mexicaine. Ce sera l’endroit qui fera grandir sa haine du régime, l’ennemi des travailleurs et des masses, qui est représenté par le vieille Etat.

Il a mis ses connaissances et son énergie au service la classe ouvrière et il a fondé la Colonie populaire nommée « Occupation Francisco Villa ».

Le camarade Javier était l’un des 25 prisonniers politiques du 7 juin 2015 et a été emprisonné dans la prison de haute sécurité de Villa Aldama à Veracruz CE.FE.RE.SO # 5 avant d’être transféré à la prison d’État d’Etla à Oaxaca, CE.FE.RE.SO # 2. Le camarade Javier a été emprisonné pour un total de 16 mois et était en probation permanente jusqu’à ce jour.

En ce sens, nous pouvons confirmer que le camarade Javier n’a jamais demandé la clémence ou l’amnistie même lorsque l’ancien État et ses représentants sont allés jusqu’à suggérer des excuses en échange de sa «liberté». Et même en étant mort sous probation, clairement sa décision de combattre jusqu’à la fin est ce qui lui a permis de partir comme un homme véritablement libre.

Qui ne se souvient pas de notre Comandante Rojo dans la lutte des classes, confrontant l’appareil de répression de l’ancien Etat, organisant la rage, encourageant l’envie du peuple à combattre ?

Nous sommes convaincus que personne ne peut oublier la constance de ses actions et la force de sa voix dirigeante en défendant le drapeau de Sol Rojo, le drapeau qu’il a fait lui même avec ses mains d’acier.

Javier López Martinez a fondé Sol Rojo, oui ! Et pour cela, dans tous les coins d’Oaxaca, mais aussi dans tous les autres coins du Mexique où notre organisation a une présence, le nom de notre cher camarade sera retenu avec affection, et sa voix résonnera des centaines de fois dans les luttes à venir, dans les manifestations et combats de rue, dans les escarmouches et les grèves, dans les soulèvements et les insurrections, qui seront amenés dialectiquement dans une guerre populaire prolongée comme une science universelle de la Révolution Prolétarienne, et dont l’objectif est la Révolution de Nouvelle Démocratie et le Socialisme.

Les ennemis du peuple, ces détracteurs nauséeux de la révolution prolétarienne, peuvent vomir toutes sortes de commentaire pour déformer l’image de notre cher camarade. La même chose est à attendre de ces opportunistes flatteurs aux mots doux et aux pièges habiles qui sous le commandement de la réaction et du révisionnisme vont essayer de minimiser les efforts de ce travailleur devenu un combattant du peuple et un dirigeant dans la lutte des classes. Contre tout cela, nous répondrons avec la même force qu’il nous a laissé à travers son exemple.

Le camarade Javier López Martinez vit dans la lutte !

Vive le Comandante Rojo !

Gloire et honneur aux combattants du peuple !

Nous osons nous battre !

Ne votez pas, organisez-vous et combattez !

Avec Sol Rojo, le peuple vaincra !

Les travailleurs dirigeront le pays !

Corriente del Pueblo Sol Rojo (Courant du Peuple Soleil Rouge)
Comité d’Etat
19 mars 2018 »