1er mai 2018 : Ripostons à Macron sur tous les fronts !

Macron : un an d’attaques anti-populaires et contre la classe ouvrière

Il y a un an, Macron accédait à la présidence française. Sa première année au pouvoir a été marquée par une offensive permanente contre la classe ouvrière et l’ensemble des travailleuses et travailleurs. Sa politique anti-populaire au service de la bourgeoisie n’a épargné personne : il a commencé en s’attaquant aux APL, puis en s’en prenant au service public, aux travailleuses et travailleurs du rail, aux personnes âgées avec la hausse de la CSG… Il a affiché son plus grand mépris pour le personnel hospitalier en lutte, en particulier dans les EHPAD. Il s’en prend au système éducatif qu’il veut rendre encore plus fermé aux classes populaires : parcoursup, loi ORE, réforme du bac… Mais partout où Macron et ses chiens tentent leur coup de force, il y a résistance : les cheminots et cheminotes font grève et manifestent, les étudiants et étudiantes bloquent et occupent les universités, les travailleuses et travailleurs de la santé se mobilisent. Tout juste élu, Macron n’a bénéficié d’aucun état de grâce et il a tout de suite fait face à une résistance farouche dans chaque secteur qu’il a commencé à attaquer. Cette mobilisation rapide donne beaucoup d’espoir concernant la suite de la lutte contre ce gouvernement réactionnaire.

La guerre impérialiste se renforce

Représentant d’Areva pour le nucléaire en Inde, marchand d’armes en Arabie saoudite et complice de Trump et May pour bombarder la Syrie. Macron est le premier représentant de l’impérialisme français, dans la droite lignée de Sarkozy et Hollande, il continue les actes d’agression et d’occupation de la France au Moyen-Orient et en Afrique, il représente les grands monopoles français lors de ses déplacements pour essayer d’exporter le pire de ce que produit la France, nucléaire et armes de guerre. Aujourd’hui, le point chaud qui cristallise les contradictions inter-impérialistes dans le monde est la Syrie où le régime est très fortement soutenu par l’impérialisme russe tandis que les impérialistes occidentaux, Etats-Unis en tête, ont largement soutenu les « rebelles » pour espérer en faire leur nouvelle marionnette locale. La France avec Hollande a dès le début souhaité une intervention au côté des Etats-Unis, Macron continue de marcher droit dans cette voie considérant l’importance stratégique de la Syrie pour l’impérialisme français dans la région. Et comme à chaque fois, les impérialistes sèment le chaos et toujours plus d’oppression des peuples partout où ils passent : Irak, Afghanistan, Libye…

En tant qu’internationalistes, nous avons un devoir clair et urgent à dénoncer et combattre notre propre impérialisme, à ne pas rester muets contre les actes d’agression de l’impérialisme français et à l’affaiblir en menant la lutte au cœur de la bête.

Un Parti et une stratégie pour vaincre la bourgeoisie

La guerre impérialiste à l’extérieur et les politiques anti-sociales à l’intérieur, l’offensive de la bourgeoisie se renforce sur tous les fronts. Il faut être parfaitement conscient que Macron est le représentant d’une classe sociale, la bourgeoisie impérialiste et d’un système, le capitalisme au stade impérialiste. Il ne s’agit pas juste de lutter contre le gouvernement Macron et ses offensives, il s’agir de construire un mouvement révolutionnaire pour balayer la classe dominante et son système. Des nombreuses luttes et résistances qui naissent, il faut une organisation et une direction pour ne pas voir que le court terme mais pour bien envisager la destruction du système capitaliste.

En face de nous, nous avons une bourgeoisie impérialiste dont l’État représentent le bras armé. Pour vaincre cette classe dominante nous avons aussi besoin de notre Etat-major, nous avons besoin d’un Parti communiste capable de lui faire face, capable d’arracher le pouvoir des mains de la bourgeoisie pour construire la pouvoir du prolétariat. La bourgeoisie s’accroche au pouvoir par tous les moyens, elle ne le lâchera jamais pacifiquement et seule la violence révolutionnaire peut permettre de mettre fin au capitalisme et de construire le socialisme.

La stratégie du prolétariat pour prendre le pouvoir doit être celle de la Guerre Populaire Prolongée. Qu’est-ce que nous entendons par là ? Nous disons que les éléments les plus déterminés du prolétariat doivent être organisés dans un Parti communiste fortement discipliné, qu’ils doivent unir avec eux tous les secteurs en lutte contre ce système à travers un large Front révolutionnaire et qu’ils doivent préparer le renversement de la bourgeoisie par la violence révolutionnaire. Ce processus ne pourra qu’être prolongé, le prolétariat devra construire son pouvoir petit à petit, morceau par morceau en prenant le pouvoir les armes à la main. Le Parti, le Front révolutionnaire et une Force combattante sont les trois outils pour mener jusqu’à son terme cette stratégie révolutionnaire qu’est la Guerre Populaire Prolongée.

Dès aujourd’hui, renforçons le Parti, établissons le plus largement notre Front pour donner une orientation révolutionnaire à toutes les luttes en cours et à venir contre le gouvernement réactionnaire. Développons une réelle combativité révolutionnaire pour faire face au puissant ennemi que nous avons en face de nous : la bourgeoisie impérialiste et ses forces de répression.

Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !

Nous n’avons rien d’autre à perdre que nos chaînes ! Nous avons un monde à gagner !