1er mai : Boycottons leurs élections, préparons la lutte !

visu-premier-mai

Ce 1er mai est celui de l’année du centenaire de la Grande Révolution Socialiste d’Octobre. La Révolution de 1917 a marqué la création du premier Etat socialiste dans le monde, ce fut une victoire d’une extrême importance pour les travailleuses et travailleurs du monde entier.

Aujourd’hui encore nous devons nous saisir de cette héritage ainsi que de celui de la Révolution Chinoise, pour développer la révolution dans notre propre pays. Car en effet ce n’est pas les élections qui pourront libérer le prolétariat de la misère et de l’exploitation engendrées par le capitalisme mais seulement la révolution socialiste. Aujourd’hui se pose donc la question pour la classe ouvrière de comment lutter pour avancer vers cette révolution.

Sur la situation en France…

Le quinquennat de Hollande a montré, encore une fois, la véritable nature du Parti Socialiste : une succession de promesses pour se faire élire puis une fois au pouvoir, des gouvernements anti-populaire au service de la bourgeoisie qui attaquent toutes les conquêtes du prolétariat une à une. Après quatre ans d’attaque contre le prolétariat (pacte de responsabilité, ANI, Loi macron…), la dernière année du gouvernement Hollande a néanmoins connu le mouvement contre la Loi Travail. Ce fut le plus grand mouvement de luttes de classe en France de la dernière décennie. Ce moment fut extrêmement important pour la classe ouvrière pour commencer à reconstruire une solidarité de classe, pour montrer la force que peut avoir la lutte et la combativité de notre classe.

Aujourd’hui nous savons que le prochain quinquennat sera dans l’exacte continuité de celui de Hollande : un gouvernement au service de la bourgeoisie, un gouvernement extrêmement agressif contre la classe ouvrière. Ce sera un gouvernement qui fera porter tout le poids de la crise du capitalisme sur le dos des travailleuses et travailleurs. Ce sera un gouvernement qui va accompagner la montée du fascisme, qui va la renforcer en divisant et attaquant la classe ouvrière sur tous les fronts.

La classe ouvrière n’a rien à gagner dans les élections de la bourgeoisie. La bourgeoisie ne recherche qu’à se faire légitimer en essayant d’avoir le plus de voix possible. Ne nous laissons pas diviser par leurs élections, boycottons leurs élections et préparons nous plutôt à la lutte sous le prochain quinquennat car la lutte va être rude.

et dans le monde

Après l’élection de Trump aux Etats-Unis, une mobilisation massive contre ce dernier a eu lieu dans les rues. Près de la moitié de la population des Etats-Unis a refusé de choisir entre Clinton et Trump et s’est par la suite mobilisée massivement. Cela doit nous servir d’exemple, nous devons nous préparer à nous mobiliser contre le prochain gouvernement quel qu’il soit car il représentera nécessairement une offensive réactionnaire contre le prolétariat.

Sous Hollande, l’impérialisme français a continué à intensifier ses guerres d’agression initiées par Sarkozy : Libye, Centrafrique, Mali et maintenant la Syrie. Partout dans le monde la tendance à la guerre augmente, cette tendance à la guerre est le fruit de l’augmentation des contradictions inter-impérialistes. L’impérialisme américain qui jouait le rôle du gendarme du monde voit sa position mise en danger, c’est un impérialisme en crise qui se trouve sur le déclin, en face de lui de nouveaux impérialistes montent tels que la Russie ou la Chine. Cette situation amène à des guerres de repartage faisant toujours plus courir le risque d’une guerre généralisée. Face à la guerre impérialiste, il n’existe qu’une seule solution : la révolution socialiste. Tout comme la Révolution d’Octobre avait mis fin à la guerre impérialiste en Russie, aujourd’hui nous devons lutter contre notre propre impérialisme et construire les outils nous permettant d’avancer vers la révolution.

Les mouvements révolutionnaires les plus avancés dans le monde aujourd’hui sont les Guerres Populaires dirigées par des Partis Communistes se basant sur le marxisme-léninisme-maoïsme. C’est le cas de la Guerre Populaire en Inde ou aux Philippines où dans ces deux pays les masses dirigées par des Parti Communistes mènent des révolutions d’une importance extrême en luttant contre l’impérialisme, le capitalisme bureaucratique et le féodalisme en construisant un nouveau pouvoir, en mettant en place la révolution agraire pour se réapproprier les terres, en organisant les ouvriers dans les centres industriels, etc.

Préparons nous pour la lutte, construisons la riposte révolutionnaire !

Rien ne sortira de bon des élections de la bourgeoisie pour la classe ouvrière. Il faut nous préparer dès aujourd’hui à la lutte sous le prochain gouvernement. Cette lutte doit s’inscrire dans une perspective révolutionnaire, il n’y a plus rien à attendre du capitalisme qui est dans sa phase pourrissante.

Pour avancer vers la lutte il faut un puissant Front révolutionnaire uni derrière une stratégie révolutionnaire. Pour créer ce front révolutionnaire, il faut nous organiser partout où notre classe est et partout où notre classe rencontre l’exploitation et l’oppression : dans les quartiers populaires sur la question du logement, des violences policières, dans les entreprises à travers les syndicats, il faut créer des organisations pouvant directement répondre à nos besoins, créer des associations culturelles et sportives partout sur nos lieux de vies pour renforcer notre solidarité et développer la conscience de classe. Il faut développer un mouvement féministe prolétarien pour lutter contre le patriarcat. Il faut que ce front soit ouvertement antifasciste.

Et pour mener toutes ces luttes, il faut un Parti Communiste, un Parti capable de donner une perspective révolutionnaire, un Parti capable de combattre et d’offrir une stratégie conséquente contre le système capitaliste dans les conditions actuelles. Ce Parti Communiste, c’est le Parti Communiste maoïste. Notre stratégie, c’est celle de la Guerre Populaire Prolongée : la révolution ne sera pas un grand soir qui tombera du ciel, ce sera un processus long, ce sera un processus violent qui connaîtra différentes étapes. Cette révolution, nous devons commencer à la préparer dès maintenant et ne pas l’attendre.

Vive le Centenaire de la Grande Révolution d’Octobre ! Apprenons de notre Histoire pour aller de l’avant !

Développons le syndicat de lutte de classe et armons le prolétariat d’organisations de combat sur tous les fronts !

Vive l’unité de toutes les travailleuses et tous les travailleurs ! Développons un front antifasciste de masse et populaire !

A mort l’impérialisme ! Vive la solidarité internationale de tous les travailleurs et peuples opprimés !

Contre la guerre et les agressions de la bourgeoisie, préparons la Guerre Populaire pour construire le socialisme jusqu’au communisme !