A bas les plans d’intervention de l’impérialisme américain au Venezuela !

 

Le 23 janvier 2019 au Venezuela, le président de l’Assemblée Nationale, Juan Guaido, s’est autoproclamé « président de la République » par intérim, entrant donc en conflit ouvert avec le gouvernement en place de Nicolas Maduro. L’Assemblée Nationale, élue en 2015, est la seule institution tenue par l’opposition, et Maduro l’avait parasitée en 2017 en créant l’Assemblée Nationale Constituante, fidèle à son gouvernement.

Dans les heures qui ont suivi la proclamation de Guaido, les États-Unis, le Canada ainsi que de nombreuses semi-colonies US en Amérique du Sud (Pérou, Brésil, Colombie…), l’ont reconnu immédiatement comme président. Ils ont donc démasqué rapidement l’allégeance du coup d’État envers l’impérialisme américain.

Cette tentative coup d’État intervient seulement quelques semaines après la réunion de janvier du « Groupe de Lima », une organisation inter-gouvernementale américaine réunissant de nombreux pays comme le Pérou, le Brésil, l’Argentine, le Canada, la Colombie, le Costa Rica, le Chili, le Guatemala, le Guyana, le Honduras, le Panama et le Paraguay. Ce groupe, soutenu par les impérialistes américains, canadiens et d’Europe, avait décidé dés le 4 janvier de ne pas reconnaître le gouvernement de Maduro. Il n’est pas étonnant qu’ils aient aussi suivi le soutien à Juan Guaido immédiatement après les annonces américaines.

L’impérialisme français, à travers l’État français dirigé par Emmanuel Macron, s’est lui aussi prononcé en faveur du coup d’Etat. Tout comme les impérialistes allemands et britanniques, Macron s’est déclaré prêt à reconnaître Juan Guaido si des élections ne sont pas annoncées au Venezuela dans la semaine à venir. Le Venezuela a rejeté cet ultimatum à l’ONU.

Cette unanimité dans le bloc de soutien au coup d’État dénote une chose : l’impérialisme américain, ses alliés impérialistes et leurs chiens de garde dans les pays opprimés, souhaitent faire aller ce coup d’État jusqu’au bout. Dans le communiqué officiel de Trump sur la reconnaissance de Guaido comme président, le dirigeant de l’impérialisme américain déclare qu’il « utilisera tout le poids du pouvoir économique et diplomatique des États-Unis » (Maison Blanche) afin que Guaido triomphe. Il a également averti directement le gouvernement de Maduro pour les « menaces qu’il porte à la sécurité des vénézuéliens » (Maison Blanche). Le gouvernement de Maduro, qui conserve pour le moment l’armée de son côté, a immédiatement dénoncé l’attitude des américains et rompu ses relations diplomatiques avec eux.

Le Venezuela constitue aujourd’hui un maillon particulièrement tendu de la chaîne impérialiste. La situation de crise qui y dure depuis 2010 est liée à sa place de lutte inter-impérialiste intense. En effet, depuis la « révolution bolivarienne » de la fin des années 90, la montée au pouvoir de Chávez a constitué une opposition, au moins en discours, aux impérialistes américains. Pour eux, le Venezuela est depuis longtemps une semi-colonie de valeur grâce à ses exports pétroliers massifs, et son sous-sol première réserve mondiale. Dés 2002, les États-Unis avaient déjà soutenu une tentative de coup d’État, afin de conserver leur emprise sur le pays.

Seulement, la nature de classe de l’État vénézuélien, un État des rentiers compradores, n’a pas été transformée par la prise de pouvoir « bolivarienne ». 20 ans après la montée de Chávez à la présidence, cette prétendue « révolution » a montré l’échec de la bourgeoisie à faire quoi que ce soit d’autre qu’à se transformer elle-même en bourgeoisie compradore une fois qu’elle prend le contrôle d’un État de ce type. Cette dynamique des forces de classes au Venezuela s’est accentuée sous la direction de Maduro, depuis 2013. La chute des cours du pétrole a brusquement mis fin aux redistributions de la rente obtenues par les exportations, et a révélé la faillite de l’État vénézuélien qui ne faisait qu’administrer du capital bureaucratique sans entamer de transition socialiste. C’est un nouvel exemple que seule une direction prolétarienne de la révolution peut assurer la transition socialiste de l’économie.

Depuis les quatre dernières années, la pression des impérialistes américains et alliés sur le régime s’est accentuée. Le gouvernement de Maduro s’était tourné vers d’autres impérialismes, accentuant la contradiction inter-impérialiste dans l’arrière-cour des USA qu’est l’Amérique du Sud. Tout d’abord avec la Russie, sous la forme d’essais militaires russes conjoints avec l’armée vénézuélienne ou de commerce d’armes entre Moscou et Caracas. Cette coopération directe est la face émergée de l’iceberg, la plus visible. Mais la pénétration impérialiste est surtout venue de la Chine. En 2018, les exports pétroliers du Venezuela (98 % des exports totaux du pays selon l’OPEC [Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole]) étaient retombés à leur niveau de 1988 pour les exports vers les États-Unis. Dans les quatre dernières années, plusieurs prêts de « développement » à hauteur de plusieurs milliards de dollars ont été signés par le gouvernement de Maduro et la Chine avec comme ligne de mire l’industrie pétrolière. Les impérialistes chinois ont également pénétré le marché vénézuélien à l’aide d’accords de coentreprise comme Sinovensa, cédée a 49 % par Maduro à la Chine en septembre dernier, ou la Banque de Développement de Chine (CDB), devenue partenaire majeure des dirigeants vénézuéliens.

Le coup d’État de Guaido intervient quelques semaines seulement après l’annonce par Maduro d’un investissement chinois historique dans le pétrole vénézuélien qui ferait monter le nombre de barils exportés vers la Chine à 1 million par jour. Le Venezuela envoyait déjà dés octobre près de la moitié de sa production journalière vers la Chine, un changement total lorsque l’on sait qu’il y a 20 ans, le pays était le premier fournisseur de pétrole aux États-Unis. En Octobre, Maduro a annoncé être prêt à tenir ses engagements avec la Chine « à tout prix » (Reuters). Ainsi, il n’est pas surprenant que la Russie et la Chine se soit immédiatement portées garantes de l’intégrité du gouvernement de Maduro. Cette situation nous donne un exemple clair de l’enjeu qu’est le Venezuela pour les conflits inter-impérialistes.

Tout cela confirme les plans de l’impérialisme américain d’intervenir dans la situation au Venezuela. Au-delà de l’ingérence et de la pression diplomatique, le passage à un conflit ouvert en cas de maintien de Maduro au pouvoir ouvre la porte à une agression de l’impérialisme américain. Face à cette menace, la contradiction principale est entre les impérialistes qui attaquent et les masses populaires qui se défendent. Nous devons par conséquent appuyer tous les efforts à l’émergence d’un quartier général prolétarien indépendant au Venezuela, capable de mener la lutte contre l’impérialisme jusqu’au bout, en commençant par repousser les yankee hors du pays avec toutes les forces qui s’opposent à l’agression américaine.

En ce sens, le slogan « A bas les plans d’intervention impérialiste américaine ! Victoire au peuple du Venezuela ! » est juste, car il part de la situation actuelle où l’opposition à l’impérialisme américain est devenue principale dans le creuset du coup d’État. Combattre et dénoncer les plans d’agression américaine et tous ceux qui la soutiennent est notre devoir n°1 aujourd’hui dans notre soutien aux masses populaires du Venezuela.

A bas les plans d’intervention impérialiste américaine !

Victoire au peuple du Venezuela !