Sur l’affaire du quai de Valmy

Des peines très lourdes ont été rendues dans l’affaire dite du « quai de Valmy », où une voiture de police avait été incendiée après une manifestation-provocation du syndicat Alliance. Il n’y avait pas eu de blessés sérieux, des manifestantes et manifestants aidant même une policière à sortir de l’habitacle malgré les affrontements.

Quand bien même le dossier est inconsistant, l’hystérie médiatique et politique a poussé la justice bourgeoise à condamner divers camarades. Voici le détail des peines, relayé sur internet:

– Angel, relaxé.repression

– Bryan, 1000€ d’amende (refus prélèvement ADN).

– Leandro, 1 an de prison avec sursis.

– Kara, 4 ans de prison dont 2 avec sursis. Maintien en détention.

– Ari, 5 ans de prison dont 2 ans et 6 mois avec sursis. Maintien en détention.

– Thomas, 2 ans de prison dont 1 avec sursis.

– Nicolas, 5 ans de prison dont 2 ans et 6 mois avec sursis.

– Antonin, 5 ans de prison dont 2 avec sursis. Pas de mandat de dépôt.

– Joachim, 7 ans de prison, mandat d’arrêt.

– Six prévenus sont condamnés à payer « solidairement » 5000€ de dommages et intérêts au syndicat Alliance.

Ces peines sont extrêmement lourdes. A travers ces peines la justice bourgeoise cherche à envoyer un message et à intimider toutes celles et tous ceux qui s’opposent aux violences policières, à toutes celles et tous ceux qui résistent à la répression. La police est le bras armé de la classe dirigeante, c’est une institution centrale pour la bourgeoisie pour maintenir sa domination. Et c’est bien pour cette raison que la justice de la classe dominante, la justice bourgeoise, ne tolère pas et condamne aux peines les plus lourdes toutes celles et tous ceux qui osent lui faire face.

Rappelons que cette voiture de police a été mise à feu dans un contexte où la police lâchait sa plus grande violence contre le mouvement contre la Loi Travail. Rappelons que jusqu’aujourd’hui dans les nombreux meurtres et crimes policiers, notamment le meurtre d’Adama ou le viol de Théo, aucun policier n’a été condamné à des peines de prisons fermes. Cette justice acquitte et donne un véritable permis de tuer aux forces répressives tandis qu’elles condamnent sans cesse celles et ceux résistant à ces forces répressives. Cette justice bourgeoisie nous la combattons tout comme nous combattons la classe dominante dans son ensemble.

Face à la justice bourgeoise, la solidarité sans faille est notre arme !