Meeting pour la libération du professeur Saibaba et sur la situation actuelle en Inde

10649446_145268172525797_5923981632537525784_nMeeting pour la libération du professeur Saibaba et sur la situation actuelle en Inde vendredi 8 avril à 18h30 à Paris, à l’ACTIT (54 rue Hauteville, Paris 75010) organisé par le Collectif Rouge Internationaliste pour la défense des prisonniers révolutionnaires.

Quand vous pensez à l’Inde, vous imaginez peut-être le Taj Mahal, les films bollywood avec leurs chorégraphies hautes en couleur ou encore les saveurs de ses plats épicés. Vous pensez peut-être aussi à ce que les médias en disent, que ce serait un des pays émergents actuels avec une mondialisation capitaliste réussie grâce à sa forte croissance.

Mais derrière ce mirage exotique se cache une réalité bien plus dure à voir. Cette réalité, c’est celle de millions de paysans qui luttent pour survivre, des paysans dont les terres sont confisquées par les grandes compagnies minières tel que Lafarge ou pour y mettre des centrales nucléaires (Areva). Cette réalité, c’est celle des travailleurs indiens concentrés dans les grandes villes et sur-exploités par les multinationales qui délocalisent tel que Renault, Dassault ou PSA. Cette réalité, c’est aussi celle d’un système de castes rigides où les populations indigènes telles que les adivasis sont discriminées et persécutées. Cette réalité, c’est aussi celle de l’oppression des femmes : l’Inde est un des pays où le nombre de viols est le plus élevé au monde. C’est aussi le Gange pollué, les enfants des régions indigènes qui n’ont ni accès à la santé ni à l’éducation et les minorités nationales persécutées au Kashmir ou à Manipur… (suite…)

Photos de la mobilisation du 31 mars

aubervilliers4La mobilisation du 31 mars fut une réussite avec plus d’un millions de manifestants, soit au moins le double du 9 mars. Face à cette mobilisation d’ampleur à travers toute la France, la réponse a été la répression. Une répression qui s’est exprimée à travers plus d’une centaine d’interpellations, des matraquages, gaz lacrymo que ce soit à Paris, Toulouse, Marseille, Lyon, Nantes, Rennes, Toulouse, Grenoble et d’autres villes encore !

Néanmoins les coups de matraque ne nous arrêterons pas. Aujourd’hui il faut passer à la vitesse supérieure pour exiger le retrait de la loi. Cela veut dire qu’il faut intensifier les blocages, les occupations et les grèves !

(suite…)

Attaque de commissariats à Paris

En réponse aux violences policières et à la répression qui se sont déchainées contre le mouvement contre la loi Travail, la réponse a été l’attaque de deux commissariats à Paris ce matin. Voilà la détermination et la combattivité qui nous feront gagner cette lutte ! Le message est clair : nous ne vivront pas à genoux mais la tête haute !

attaque commisariat 19eme (suite…)

Passons à la vitesse supérieure !

manif loi travail paris 2

Le début de la mobilisation

Le mouvement contre la loi travail a commencé depuis moins de deux semaines. Nous en tirons plusieurs observations qui doivent nous permettre d’amener le mouvement à une étape supérieure.

Les premières manifestations du 9 mars ont vu beaucoup de travailleurs et travailleuses se mobiliser, et notamment de nombreuses boites du privé. Les lycées et facs se sont mobilisés également mais en moindre nombre. Les cortèges étaient bien fournis, plus que ce que nombreux et nombreuses espéraient. En gros, depuis les retraites, on n’avait pas vu une mobilisation étendue à tout le territoire d’une aussi grosse ampleur. (suite…)

Les suites de la lutte contre la loi Travail

lyceens_manif_parisLe 9 mars, nous étions 500 000 dans les rues, mobilisés contre le projet de loi travail du gouvernement PS/MEDEF.

Aujourd’hui, le mouvement a franchi un nouveau cap en mobilisant 150 000 étudiants et lycéens. De nombreux lycées ont été bloqués et nous avons assisté à des défilés offensifs d’une jeunesse victime des politiques réactionnaires bien décidée à reprendre ses affaires en mains et à ne plus subir.

Dans de nombreuses villes comme Paris, Lyon,Marseille, Rennes, Nantes, Strasbourg, Rouen ou encore Clermont-Ferrand, la juste révolte de la jeunesse s’est heurtée à la répression policière. Des manifestations ont été attaquées par les flics et nous dénombrons au moins 23 arrestations. Une fois de plus le message du gouvernement, et donc du patronat, est clair : « si tu oses relever la tête, attends toi à ce que nos chiens policiers te fassent fermer ta gueule ! ». (suite…)