Clermont-Ferrand : rassemblement contre la hausse des impôts locaux et les avantages accordés à Michelin

affiche_michelinClermontoise, Clermontois,

La mairie de Clermont-Ferrand a décidé au Conseil Municipal du 5 janvier d’augmenter les impôts locaux de 9% pour l’année 2016.
Parallèlement, le Conseil Communautaire accorde un abattement fiscal de 50% à Michelin, soit 950 000 euros par an. Pour le premier semestre 2015, Michelin avait enregistré un bénéfice net de 707 millions d’euro, en hausse de 13,3%.

Encore une fois c’est au peuple de payer pour ceux qui nous exploitent ! Nous refusons cette augmentation des impôts, et nous refusons de donner 1 centime aux patrons qui nous font trimer toute l’année pour un salaire de misère, et dans des conditions de travail dangereuses et dégradantes. De plus Michelin licencie massivement et délocalise la production. N’oublions pas que fin décembre 2014, Michelin fermait son usine de production de Joué-lès-Tours et jetait ainsi à la rue 730 ouvriers et ouvrières.
De 28 000 emplois locaux en 1982, on est passé aujourd’hui à environ 12 500. Et en 20 ans, le nombre d’ouvriers et ouvrières a été divisé par 2, passant de 8000 à 4000, tandis que le nombre des cadres est passé de 2500 à 4000. Les autres salariés des bureaux sont passés de 6500 à 4000.

(suite…)

Guerre populaire en Inde : Appel pour la semaine internationale d’action du 2 au 9 avril 2016.

draft4-BLKFRLibération inconditionnelle pour tous les prisonniers politiques en Inde !
Solidarité avec tous les prisonniers politiques dans le monde !
Non à l’Opération Green Hunt !
Soutenons la Guerre Populaire en Inde !

En Inde plus de 10 000 prisonniers politiques croupissent dans les prisons. Des dirigeants, des cadres et des membres du PCI(maoïste) et de la PLGA (Armée Guerilla Populaire de Libération), des villageois adivasis qui ont résisté aux évacuations forcées; des paysans qui ont lutté contre les MOU (Mémorandum d’entente) signés par les gouvernements et les multinationales qui exploitent le peuple et continuent le pillage impérialiste des ressources naturelles; des activistes pour les minorités nationales organisées contre la montée de la menace du fascisme hindou communal; des intellectuels comme le professeur Saibaba, des artistes, des étudiants et autres organisations démocratiques, coupables de s’être levés du côté du peuple faisant face à la guerre contre eux portés par l’Etat indien; des femmes du peuple, des féministes unies pour se révolter contre l’énorme hausse des viols, commis en partie par les forces armées et de police et les escouades fascistes paramilitaires sponsorisées par l’Etat. Dans les prisons les prisonniers font face à toutes sortes de harcèlements, tortures, dénis de caution, des conditions de vie inhumaine, des transferts arbitraires, des assauts brutales et des punitions de confinement solidaire et souvent les femmes détenues sont violées. (suite…)

Pierre Overney, toujours présent dans nos luttes !

affiche overney 2016pcmHommage à Pierre Overney au cimetière du Père Lachaise samedi 27 février à 11h. Départ groupé depuis le métro Père Lachaise (ligne 2) à 11h.

Il y a 44 ans, le 26 février 1972, Pierre Overney, ouvrier maoïste et militant de la Gauche Prolétarienne, était abattu devant l’usine Renault Billancourt. En plein milieu de la vague de crimes racistes d’alors, il distribuait un tract pour une manifestation antifasciste au métro Charonne en souvenir de la manifestation réprimée dans le sang par la police 10 ans plus tôt.

La Cause du Peuple qui annonçait sa mort titrait « Halte au fascisme ! » et dénonçait les assassinats de travailleurs arabes. Le parallèle avec l’actualité est saisissant. A Calais, les milices fascistes, côte à côte avec les flics, s’en prennent aux migrants qui fuient les pays que les impérialistes, dont la France, ont mis à feu et à sang pour asseoir leur domination. L’année dernière, Rémi Fraisse était tué par les chiens de garde de l’État. Les flics tuent dans les banlieues, multiplient les provocations, les humiliations. Les portes de nos voisins et voisines sont défoncées pour rien. Le climat de l’État d’Urgence permet de déchaîner la répression. L’État au service de la bourgeoisie, du patronat, va chercher les syndicalistes chez eux à 6h du matin et condamne à de la prison ferme les ouvriers qui luttent pour la sauvegarde de leur boulot. Avec 7 millions de chômeurs et chômeuses, on entend encore qu’on serait des feignants et des assistés lorsqu’on galère pour trouver du boulot. Et la ministre du travail (sic!) Myriam El Khomri propose une loi anti-ouvrière qui dépasse toutes celles pondues depuis le CPE. Le gouvernement veut tellement rendre service aux patrons qu’il est prêt à l’imposer sans vote au parlement grâce à l’article 49.3.

(suite…)

Loi El Khomri : une nouvelle attaque contre les travailleurs et travailleuses !

ob_9bd03e_ps-medefCela fait déjà longtemps que nous savons que le gouvernement PS est totalement inféodé aux intérêts de la bourgeoisie, depuis son arrivé au pouvoir l’offensive réactionnaire de la bourgeoisie n’a fait que s’intensifier. Après l’ANI (Accord National Interprofessionnel), le pacte de « responsabilité » et la loi Macron, l’annonce du projet de loi El Khomri sonne comme une nouvelle attaque d’une ampleur encore plus grande contre les droits des travailleurs et travailleuses. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si le patronat a directement réagi favorablement à l’annonce par la ministre de son projet de réforme du code du travail.

En quelques lignes, le projet de loi El Khomri c’est par exemple :

 

(suite…)

Vers le 8 mars ! Combattons l’impérialisme et le patriarcat ! – Comités des Femmes Rouges de Hambourg et Vienne

8mProlétaires de tous les pays, unissez-vous !

Dans les rues pour le 8 mars !

Combattons le patriarcat et l’impérialisme !

Nous, les Comités des Femmes Rouges (Red Women’s Committees) d’Hambourg et de Vienne, appelons toutes les forces révolutionnaires et progressistes, les activistes du mouvement des femmes, les femmes en générale et les femmes de la classe ouvrière en particulier, à une célébration puissante du 8 mars, la Journée Internationale des Femmes. Nous voulons que cette année, le 8 mars laisse une marque en montrant le mouvement des femmes révolutionnaires grandissant en ascension. Le 8 mars est un jour de lutte spécial, un jour durant lequel les femmes à travers le monde élèvent leurs voix contre le patriarcat et montrent leur dévouement à combattre pour leur émancipation dans les rues. C’est une nécessité urgente pour le développement du mouvement communiste et du mouvement révolutionnaire en général de briser toutes les positions voyant l’oppression des femmes comme une « contradiction politique secondaire » ou voyant tous les féminismes comme « petit-bourgeois ». Les femmes de la classe ouvrière souffrent d’une double oppression, l’oppression comme partie du prolétariat est rejointe par l’oppression du patriarcat. Les femmes de la classe ouvrière ne sont pas seulement exploitées par l’esclavage salarié mais aussi par l’esclavage à travers le patriarcat. Une politique communiste et révolutionnaire ne mérite son nom seulement quand elle est l’expression des intérêts des plus opprimés et des plus exploités, selon cela aucun pouvoir communiste et révolutionnaire ne peut nier le rôle spécial et la signification de la mobilisation, de la politisation et de l’organisation des femmes, en particulier des femmes de la classe ouvrière, sans se démasquer eux-même comme charlatans. Celles et ceux qui, dans le « milieu de gauche », réduisent le combat contre le patriarcat à un combat contre le « sexisme » n’ont rien compris à la position du marxisme et en pensant qu’il est suffisant d’utiliser des règles de conduites qui disent que tant qu’un homme ne regarde par de porno ou ne bat pas de femmes, tout est en ordre et la femme est « égale » , ils et elles prennent en fait la défense du patriarcat, deviennent ses apologistes à l’intérieur du mouvement révolutionnaire. (suite…)