Pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah : manifestation dimanche 19 juin

Le 19 juin est la journée internationale des prisonniers révolutionnaires. Une occasion de plus pour exprimer notre solidarité à Georges Abdallah, militant communiste arabe, combattant pour la lutte de libération nationale de la Palestine et incarcéré dans les geôles de l’État français depuis plus de 31 ans. Condamné à perpétuité pour complicité dans des actes de résistance revendiqués par les Fractions armées révolutionnaires libanaises, alors que son pays le Liban, était envahi par les troupes sionistes, il est libérable depuis 1999. Malgré deux libérations prononcées par le tribunal d’application des peines, Georges Abdallah est maintenu en prison en France, sur injonction du gouvernement étatsunien. (suite…)

Face à la montée du fascisme, préparons la guerre populaire !

L’assassinat de Clément Méric par un groupuscule d’extrême-droite, les démantèlements des camps de migrants, la montée de l’islamophobie, de la haine anti-rroms et de l’antisémitisme, les partis de droite et gauche s’alignant de plus en plus sur l’extrême-droite qui, elle-même, s’est ancrée comme force montante dans le jeu des élections… Tous ces éléments font qu’aujourd’hui la majorité des militants et militantes sont obligés d’admettre qu’il y a bel et bien une montée du fascisme en France. Il n’est pas dur de voir non plus que cette montée du fascisme est loin de ne concerner que la France. Si ces éléments permettent justement de sentir cette montée du fascisme, à partir du moment où l’on veut combattre le fascisme, il faut plus que des bons sentiments : il faut une définition claire et précise de ce qu’est le fascisme pour pouvoir lui opposer une stratégie adaptée qui, elle seule, pourra nous mener à la victoire. (suite…)

Loi “Travail” : Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine !

Les médias nous annonçaient « une perte de vitesse » du mouvement contre la loi Travail. En réalité, c’est changement de tactique qui s’est opéré, amplifiant le mouvement.

Depuis la grande manif du 31 mars, la base du mouvement poussait pour des actions de blocage et d’occupation afin de développer la grève. Il y a alors eu de nombreux heurts à l’intérieur des syndicats, entre la base déterminée à ne pas se cantonner à des marches qui à elles seules ne servent à rien, et entre les quelques dirigeants timorés qui obéissent à la pression des préfectures (et donc des flics) pour préserver leur place.

Avec le 49.3, le rapport de force à commencé à changer et les premières actions d’ampleur ont commencé. On a alors vu partout en France, sous différentes formes, l’unité à la base se développer. On a retrouvé sur les piquets de grève et de blocage, unis dans l’action, la base de différents secteurs et corps de métier : le transport, l’industrie, la construction, le rail, l’éducation, les étudiants et étudiantes, les paysans et paysannes, les chômeurs/chômeuses et précaires, etc. Mais aussi la base de différents syndicats, organisations et partis qui se retrouvent unis dans les moyens d’action de blocage économique pour développer la grève. (suite…)

Masses populaires, au Maroc, en lutte dans tous les secteurs ! Quand la résistance s’organise…

La crise de l’Etat réactionnaire Marocain s’accentue toujours davantage. Or face à la politique appliquée antipopulaire et antinationale, se développent aujourd’hui encore des résistances populaires importantes mais aussi une répression extrême.

Ainsi, les masses populaires au Maroc ne restent pas mains et poings liés face à des choix politiques réactionnaires qui ne visent qu’à les asservir toujours plus : bien au contraire ! Dans tous les secteurs de la société, se développent des luttes et des résistances pour faire face à cette politique. Pour ne citer que quelques exemples, mentionnons la grève héroïque des mineurs de JBELAWAM et l’occupation de la mine : ces actions ont été reconduites sur 19 jours et leur ont permis de sortir vainqueurs de ce bras de fer et d’imposer leurs revendications justes et légitimes. Evoquons aussi les travailleurs du secteur de l’acier qui ont mené et mènent encore des grèves pour améliorer leurs conditions de travail et faire valoir leurs droits. S’ajoute à cela la grève des enseignants qui a duré plusieurs mois et qui s’est aussi soldée par la victoire des grévistes. Dans plusieurs petites villes du pays, se soulèvent également régulièrement les populations pour revendiquer l’application de leurs droits les plus élémentaires (droit à la santé et à l’éducation, lutte contre la cherté de la vie entre autres). Et jusqu’aux régions les plus reculées du Maroc, se tiennent régulièrement des rassemblements, des manifestations et des occupations depuis plusieurs mois pour imposer le respect du droit fondamental à l’accès à l’eau, à la terre, à l’éducation, à la santé et permettre ainsi que ces régions sortent de la marginalisation politique, économique et sociale dans laquelle l’Etat veut les reléguer. (suite…)

Ct-Fd : Manif pour la libération d’Antoine et contre la répression !

Nous republions ici le compte-rendu et les photos publiés sur la page Facebook Liberté pour Antoine et arrêt des poursuites de la manifest ation à Clermont- Ferrand. Face à la répression, rendons coup pour coup ! Liberté pour Antoine !


Ce samedi 7 mai, nous avons défilé dans les rues de Clermont-Ferrand pour dénoncer la répression et les violences policières et pour la libération de notre Camarade Antoine, qui sera en prison jusqu’à son procès du 26 mai prochain.

Plusieurs interventions ont mis en avant la nécessité de l’unité face à la répression, contre ce gouvernement et cet Etat qui cherche par tous les moyens à nous diviser. Antoine a été incarcéré parce qu’il a refusé de baisser la tête et qu’il agit quotidiennement pour la défense des travailleurs et travailleuses, pour une société radicalement différente de celle d’aujourd’hui. (suite…)