Après les élections municipales et vers les élections présidentielles : a propos de la situation politique bourgeoise française

Lors de la fin du mois de juin a eu lieu le second tour des élections municipales. Ces dernières semaines, les maires ont été désignés en conseil municipal. Cette élection se conclut après avoir été « interrompue » plusieurs mois par le confinement. On se souvient pourtant bien que lors du premier tour, les bureaux de vote avaient été maintenus ouverts, soi-disant dans des conditions sanitaires qui ne poseraient aucun problème. Cela avait pour but d’inciter les masses à aller voter. Il y avait alors eu de nombreuses demandes pour reporter la farce électorale à un moment où la situation sanitaire serait plus « maîtrisée ». Plus de 55% des inscrits s’étaient abstenus au premier tour. Au second tour, c’était 59% des inscrits. Pour la première fois, une élection a été invalidée à cause de l’abstention à Malville, dans la Loire-Atlantique. Aujourd’hui, on voit sortir des premières analyses qui montrent un lien probable entre les villes et villages où la participation a été la plus élevée et une surmortalité du COVID-19, notamment pour les anciens. Quoi qu’il en soit, et quel qu’ait été l’impact réel de ces élections sur la propagation de la maladie (rappelons que le 15 mars 2020, l’Etat bourgeois ne recommandait pas encore les masques), tout ceci montre que ces élections n’étaient tenues que pour une seule raison : la volonté politique des bourgeois et de leurs partis.

Les communistes, les marxistes-léninistes-maoïstes, de l’Etat français ne prennent pas part à la politique électorale. Cependant, Lénine nous enseigne l’importance d’être attentifs à notre environnement, de comprendre l’évolution rapide des rapports de force entre les différents partis bourgeois, pour adapter les campagnes politiques, jouer sur les antagonismes existants, et mettre en lumière les contradictions de la bourgeoisie dans son propre Etat.

(suite…)

Déclaration internationale à propos du Jour de l’Héroïsme 2020

Avec du retard, nous publions cette traduction, en français, de la déclaration internationale des Partis et organisations maoïstes à propos du Jour de l’Héroïsme, le 19 Juin, jour des prisonniers politiques révolutionnaires, qui commémore la lutte acharnée des prisonniers politiques du Pérou lors des massacres des prisons d’El Frontón, Lurigancho et Callao.

(suite…)

Communiqué : le Camarade Zia est immortel !

A nos camarades d’Afghanistan :

C’est avec grande peine que nous avons appris le décès du Camarade Zia, Président du Parti Communiste (Maoïste) d’Afghanistan, d’une crise cardiaque à 68 ans. Le Camarade Zia était un dirigeant de longue date du mouvement communiste en Afghanistan, un révolutionnaire déjà lorsque l’Afghanistan était encore une monarchie. Le Parti Communiste maoïste et nos organisations présentons nos condoléances les plus larges au Parti du Camarade Zia, à ses camarades, aux masses d’Afghanistan et à ses proches. Nous nous souvenons que ces camarades en avaient fait de même lorsque le Camarade Pierre, notre fondateur, était lui-même décédé.

Nous soulignons des contributions du Camarade Zia plusieurs points présents dans son éloge funèbre publiée par le Comité Central du Parti Communiste (Maoïste) d’Afghanistan (voir ci-dessous) :

  • Son rôle dans l’unification des communistes d’Afghanistan, c’est-à-dire des marxistes-léninistes-maoïstes, sous la direction d’un seul parti, le Parti Communiste (Maoïste) d’Afghanistan. Depuis la Cellule Communiste Révolutionnaire qu’il a fondé et dirigé en 1987 jusqu’au Second Congrès du Parti Communiste (Maoïste) d’Afghanistan en 2014, nous voyons là une vie dédiée à la lutte sans relâche pour l’unité des communistes.
  • Son mot d’ordre de révolution par la guerre populaire pour la résistance nationale contre les impérialistes, les capitalistes bureaucratiques et les féodaux de tout poil en Afghanistan.
  • Sa contribution à la continuation et au développement de la ligne politique d’Akram Yari, grand dirigeant communiste afghan tombé en martyr aux mains du gouvernement réactionnaire en 1979.

Chers camarades du Parti Communiste (Maoïste) d’Afghanistan, nous partageons votre peine car c’est le prolétariat international qui a perdu un combattant. Nous saluons la continuation de son travail et le développement de la voie révolutionnaire en Afghanistan et dans tous les pays.

Le Camarade Zia est immortel !

Le Camarade Zia vivra dans les luttes du prolétariat international !

Camarade Zia, présent !

Vive le Marxisme-Léninisme-Maoïsme ! 

 

Eloge funèbre du camarade Zia, président du Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan

 

Le comité central du Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan annonce à tous les membres, aux partisans du parti, aux autres maoïstes du pays, aux partis et organisations d’autres pays et au mouvement communiste international (marxiste-léniniste-maoïste) que le camarade Zia, président de l’AP-C(M) et l’un de ses fondateurs, et sage dirigeant du parti, est décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 68 ans.

La mort du camarade Zia est une perte immense pour notre parti, le prolétariat et les peuples de notre pays, le prolétariat international, les peuples révolutionnaires et le mouvement communiste international.

Il ne fait aucun doute que sa mort causera un chagrin et une tristesse profonds aux membres de notre parti, aux autres maoïstes et aux peuples de notre pays. Le comité central appelle tous les membres du parti à transformer notre chagrin et notre tristesse en inspiration pour la lutte révolutionnaire, à maintenir l’unité du parti et, comme auparavant, à rester unis autour du comité central.

La vie du camarade Zia a été pleine d’engagement révolutionnaire et de service au peuple. Dans sa prime jeunesse, il a rejoint les rangs de la lutte révolutionnaire contre le régime monarchique obsolète. Après le tristement célèbre coup d’État de 1978 et l’invasion sociale-impérialiste soviétique qui a suivi en 1979, il a poursuivi ses luttes militaires et politiques nationales-démocratiques et révolutionnaires.

Le camarade Zia a fondé et dirigé la cellule communiste révolutionnaire d’Afghanistan en 1987, qui a conduit à la formation de l’Organisation communiste révolutionnaire d’Afghanistan en 1989. Le camarade Zia et ses camarades révolutionnaires ont fondé le Parti communiste d’Afghanistan en 1990, dont le comité central l’a élu président du Parti communiste d’Afghanistan.

Après l’invasion et l’occupation impérialistes de l’Afghanistan par les États-Unis le 7 octobre 2001, le Parti communiste d’Afghanistan sous la direction du camarade Zia, et conscient des nécessités de la lutte révolutionnaire immédiate, a pris position contre l’occupation impérialiste, appelant à l’unité du mouvement maoïste dans le pays. L’Organisation pour la libération de l’Afghanistan et l’Alliance ouvrière révolutionnaire d’Afghanistan ont répondu positivement à cet appel à l’unité, ce qui a conduit au processus d’unité du mouvement communiste (marxiste-léniniste-maoïste) entre les trois organisations, et le congrès d’unité qui a suivi a formé le Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan. Le camarade Zia a de nouveau été élu à l’unanimité à la présidence du Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan. De même, lors du deuxième congrès du Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan en 2014, il a de nouveau été élu à l’unanimité pour le même rôle.

Tout au long de sa carrière révolutionnaire professionnelle, le camarade Zia a été très attentif et s’est efforcé de former la jeunesse et les nouveaux cadres révolutionnaires. Il a lutté sans relâche pour la manifestation du lancement d’une révolution basée sur le marxisme-léninisme-maoïsme et a fourni un modèle d’amélioration personnelle soutenue dans le feu de la lutte des classes et en contact étroit avec les masses.

Le camarade Zia restera dans nos mémoires comme un camarade de toutes les luttes – un camarade immortel, un camarade infatigable, un camarade engagé dans le marxisme-léninisme-maoïsme qui n’a jamais abandonné le camp des exploités et des opprimés.

Le camarade Zia a rendu un précieux service à la révolution en définissant la ligne idéologique et politique du Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan. Il a joué un rôle important dans la conduite des activités internationales du parti, que ce soit dans les relations avec le Mouvement révolutionnaire internationaliste ou dans les relations avec les différents partis et organisations maoïstes internationaux.

Le comité central du Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan présente ses condoléances pour cette perte énorme à tous les membres et partisans du parti, ainsi qu’aux autres maoïstes d’Afghanistan et du monde. En particulier, nous adressons nos plus sincères condoléances aux membres de la famille et aux proches de notre camarade.

Le camarade Zia, en tant que président du Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan, a non seulement poursuivi la ligne révolutionnaire d’Akram Yari, mais l’a encore développée.

 

Oui, camarades,

Le camp de la révolution a perdu un camarade légendaire, et c’est une perte énorme pour nous tous. Cependant, la vie du camarade Zia nous a fourni un modèle de direction communiste exemplaire, engagé et véritable. Le camarade Zia nous a laissé un héritage précieux, qui nous apprend à ne jamais abandonner notre position, à toujours nous tenir fermement aux côtés du prolétariat et à nager comme un poisson dans la mer des masses. Il nous a appris à constamment contester et nous rebeller contre la situation et à rester fermement attachés aux principes fondamentaux du parti.

La vie du camarade Zia a vraiment été au service de la révolution et du prolétariat international. À une époque où l’impérialisme et la réaction s’attaquent à notre région et au monde entier, dans les moments les plus sombres et les plus tristes, il a lancé le slogan de la guerre populaire révolutionnaire de résistance nationale contre les occupants impérialistes, leur régime fantoche et les occupants réactionnaires de l’Etat Islamique. Il a jeté un pont entre les générations précédentes et actuelles de révolutionnaires et, en tant que brillant professeur, il a répandu les graines des idées révolutionnaires. Il s’est acquitté de ses responsabilités à cet égard de manière excellente.

 

Le camarade Zia vivra dans les luttes du prolétariat international !

Le camarade Zia sera immortalisé dans les luttes du prolétariat international !

Le camarade Zia restera dans l’histoire de notre classe comme un vrai leader maoïste !

Le camarade Zia est avec nous !

Toutes les unités du parti à l’intérieur du pays et les partisans du parti à l’extérieur sont obligés d’organiser des cérémonies de commémoration en célébrant les souvenirs révolutionnaires de ce camarade dans un délai d’un mois.

Vive le marxisme-léninisme-maoïsme

Vive le Parti communiste (maoïste) d’Afghanistan

Que le chemin du camarade Zia se poursuive à jamais

Construisons l’organisation de masse des ouvrières et ouvriers révolutionnaires !

En poursuite du 1er Mai, Journée Internationale du prolétariat, notre Parti publie une tribune appelant à constituer une organisation de masse des prolétaires, plus précisément orienté vers les ouvrières et ouvriers.

 

Construisons l’organisation de masse des ouvrières et ouvriers révolutionnaires !

 

Notre Parti, le Parti Communiste maoïste, ne peut se développer que dans le feu de la lutte des classes. Ce qui signifie, dans la situation particulière à l’Etat français, en lien direct avec les mouvements de masse tels que les Gilets Jaunes, qui a radicalisé les luttes des travailleuses et travailleurs, montré qu’on devait oser lutter et oser vaincre. Les masses populaires apprennent, s’intéressent aux questions politiques, se questionnent sur l’organisation du monde… Les masses veulent s’organiser pour combattre et pour vaincre !

(suite…)

Déclaration internationale du 1er Mai : « Chassez les illusions et lancez-vous dans la lutte ! »

Nous signons et publions la traduction française de la déclaration internationale des communistes pour le 1er Mai 2020.

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

 

Chassez les illusions et lancez-vous dans la lutte !

 

Nous savions déjà, nous le sentions déjà corps et âme, que ce vieux monde n’est rien d’autre que l’enfer pour le prolétariat international et les peuples du monde. Nous savions déjà, ce que ces derniers mois ont montré. Même le rêveur le plus imbécile qui a fermé les yeux a vu toutes les illusions sur le système impérialiste mondial tomber en morceaux, disparaître comme de la fumée.

(suite…)