18 Mars 2019 : Liberté pour le Camarade Ajith !

Liberté pour Ajith! Soutenons la guerre populaire en Inde!

“La guerre populaire a maintenant été érigée en position de pôle révolutionnaire reconnu à l’échelle nationale, un pôle qui s’oppose totalement au pôle contre-révolutionnaire des classes dirigeantes et de l’impérialisme. Les classes dirigeantes, qui la considéraient jusqu’à récemment comme insignifiante, sont maintenant obligées de la reconnaître comme la plus grande menace interne à laquelle elles sont confrontées.”

– Parti Communiste d’Inde (ML) Naxalbari: “Message à la conférence internationale de soutien à la guerre populaire en Inde, Hambourg”

“L’arrestation du camarade Murali [Ajith] en particulier est l’une des plus grandes pertes subies par notre parti et le comité central.”

– Comité Central du parti Communiste d’Inde (maoïste): Déclaration du 16-05-2015

L’Inde n’est pas, comme les impérialistes aiment à le proclamer, la “plus grande démocratie du monde”, mais une prison des peuples aux proportions énormes. L’impérialisme américain, ainsi que certains impérialistes européens, règnent sur l’Inde par le biais du capitalisme bureaucratique et maintiennent également le féodalisme dans une grande mesure. Le fait que les impérialistes parlent de «démocratie» face au génocide perpétré quotidiennement en Inde, à la ruine d’innombrables paysans, au système de castes, au meurtre de femmes, au génocide des Adivasi et à bien d’autres exemples, montre clairement ce que les impérialistes veulent dire quand ils parlent de “démocratie“. Le pillage et l’oppression des masses indiennes sont alimentés par de nombreuses résistances, une multitude de luttes: mouvements paysans militants, luttes populaires contre les centrales nucléaires et la répression, luttes de libération nationale et grandes grèves ouvrières… elles le montrent bien aux forces progressistes et anti-impérialistes du monde entier. Cependant, pour décrire “la plus grande menace pour la sécurité intérieure de l’Inde”, le gouvernement indien a bien parlé de la guerre populaire, dirigée par le Parti Communiste d’Inde (maoïste). Le CPI (maoïste) mène avec la guerre populaire la révolution de Nouvelle Démocratie qui détruit l’ancien appareil d’État et libère de l’impérialisme et de la servitude.

Par le biais de l’opération “Green Hunt” et de la méthode de lutte contre les insurgés “Hearts and Minds”, qui veulent toutes les deux dire génocide, les classes dirigeantes tentent d’isoler le CPI (maoïste) et d’étouffer la Guerre Populaire dans le sang des masses. Aussi furieux qu’ils soient, ils n’y parviennent pas! Le CPI (maoïste) et les masses sont devenus de plus en plus liés, et la Guerre Populaire a des racines profondes dans les masses, qui se tiennent fermement aux côtés de la révolution de Nouvelle Démocratie. L’attachement profond du Parti aux masses et la détermination avec laquelle il dirige la révolution, la Guerre Populaire, constituent un exemple et un espoir remarquables pour les forces révolutionnaires du monde entier. Dans le contexte de la crise qui a débuté en 2008, les impérialistes ont de plus en plus promu la politique fasciste hindou qu’ils soutenaient afin de renforcer leur lutte contre les mouvements de masse et, surtout, contre la Guerre Populaire. Ces projets ont échoué, car le 1er mai 2014, le CPI (ML) Naxalbari, dont le porte-parole était le camarade Ajith, a rejoint le CPI (maoïste), qui a émergé en 2004 lors du 9e Congrès du Parti / Congrès de l’Unité, après la fusion de deux partis.

Cette fusion a été un grand pas en avant dans la lutte des ouvriers, des paysans et des masses opprimées pour un seul centre dirigeant de la révolution de Nouvelle Démocratie À cette étape historique, le camarade Ajith a joué un rôle de premier plan et est devenu membre du Comité Central du CPI (maoïste). Depuis près de quarante-cinq ans, le camarade Ajith, qui a rejoint le mouvement révolutionnaire en 1976, y a joué un rôle important à l’international et en Inde. Il a lutté sans relâche contre de nombreuses déviations anti-marxistes, il a dirigé la publication de nombreux documents et publications périodiques. Par son travail de traduction, il a également ouvert la possibilité aux forces révolutionnaires et anti-impérialistes du monde de mieux comprendre la révolution de Nouvelle Démocratie en Inde. En mai 2015, le gouvernement a pu emprisonner le camarade Ajith, mais cet emprisonnement a déclenché une vague internationale de solidarité avec le camarade Ajith et la Guerre Populaire en Inde. Son emprisonnement fait partie de la guerre contre-révolutionnaire contre les masses populaires en Inde, un coup furieux du fascisme hindou contre la révolution de Nouvelle Démocratie Ceux qui, à l’époque de l’emprisonnement, ont commencé à dire que l’unification du parti était un «échec», répandant le pessimisme contre-révolutionnaire et des critiques sans principes, se sont révélés des alliés de la réaction. Le camarade Ajith a montré par son exemple que ces forces n’avaient pas de base pour parler. Même dans les dures conditions de détention, le camarade Ajith n’a pas été brisé et a même trouvé des méthodes et des moyens de mener à bien un travail de traduction déjà commencé. La santé du camarade Ajith, qui avait subi une opération au cœur quelques années auparavant, s’est gravement détériorée dans les conditions d’emprisonnement fascistes. Aucune disposition ne prévoyait des soins adéquats, la torture et les conditions de détention les plus dures sont toujours utilisées. Le camarade Ajith doit être libéré sous caution dans un avenir proche. Mais cette méthode a été utilisée à plusieurs reprises par les classes dirigeantes indiennes contre les révolutionnaires emprisonnés: ils sont libérés à titre de concession à court terme aux mouvements de solidarité, avant d’être à nouveau arrêtés peu après. Cette approche montre que le travail de solidarité avec les prisonniers politiques, qui se déroule en Inde et également au niveau international, pourrait déjà développer une certaine force. Les classes dirigeantes tentent de confronter cette force avec leurs tactiques vicieuses. Leur action fait partie des tentatives de briser les prisonniers, de la guerre psychologique qui poursuit l’objectif de l’anéantissement final et du meurtre des révolutionnaires.

Ces sinistres projets doivent être condamnés avec détermination et toutes les forces démocratiques, révolutionnaires et anti-impérialistes du monde leur sont résolument opposées! Nous appelons à la forte et claire revendication du 18 mars, Journée internationale des prisonniers politiques, en faveur de la libération immédiate et inconditionnelle du camarade Ajith! Nous défendons le camarade Ajith, qui a mis toute sa vie au service du CPI (maoïste) et de la Guerre Populaire, de la révolution de Nouvelle Démocratie. On a raison de se révolter contre l’impérialisme et cela requiert une solidarité internationale et un soutien solide. Les organisations et les initiatives signataires s’attaqueront à cette cause commune en prenant des mesures au cours de la semaine du 18 mars, créant ainsi un puissant élan de propagation et d’élargissement de la solidarité avec la Guerre Populaire en Inde!

Liberté pour Ajith!
Liberté pour tous les prisonniers politiques en Inde!
Soutenons la Guerre Populaire en Inde!
Vive la solidarité internationale! Lal Salam!

Signataires :

Comité de soutien à la guerre populaire en Inde, Autriche

Comité galicien d’appui à la guerre populaire en Inde

Comité international de soutien à la guerre populaire en Inde

Partizan Europe

Parti Communiste maoïste (France)