Vive le 70ème anniversaire de la naissance d’Ibrahim Kaypakkaya, le leader de la lutte de la révolution prolétarienne en Turquie!

Ceci est une déclaration commune des partis et organisations marxistes-léninistes-maoïstes à l’occasion du 70ème anniversaire de la naissance et du 46ème anniversaire de l’assassinat sous la torture du dirigeant communiste du prolétariat international en Turquie, Ibrahim Kaypakkaya.

Vive le 70ème anniversaire de la naissance d’Ibrahim Kaypakkaya, le leader de la lutte de la révolution prolétarienne en Turquie!

C’est le 46e anniversaire de l’assassinat du représentant du prolétariat international en Turquie, fondateur du TKP / ML (Parti communiste de Turquie / marxiste-léniniste) Ibrahim Kaypakkaya.

Le camarade Ibrahim Kaypakkaya n’avait que 24 ans lorsqu’il a été assassiné sous les sévères tortures infligées par l’État fasciste turc le 18 mai. Kaypakkaya a fondé le TKP / ML à l’âge de 23 ans.

Ibrahim Kaypakkaya a réussi à devenir le leader permanent de l’idée communiste et de la ligne révolutionnaire juste en Turquie.

Il est l’un des meilleurs disciples de la Grande Révolution culturelle prolétarienne. Il a évalué ses propres idées et le TKP / ML, qu’il a fondé, en tant que produits de la grande révolution culturelle prolétarienne. À l’époque où les idées marxistes-léninistes étaient globalement actives, lorsque dans les années 1960 et 1970, les luttes pour la révolution et le socialisme se développaient, la lutte de classe en Turquie faisait des progrès incroyables. Surtout dans les conditions du Mouvement de 1968, qui englobe le monde entier, des vagues révolutionnaires antifascistes et anti-impérialistes se sont formées entre étudiants. Ce mouvement a atteint son 50e anniversaire l’année dernière. A cette occasion, nous saluons ce mouvement qui a fait trembler le monde de l’impérialisme et des pouvoirs en place de peur.

Ce mouvement a été influencé par le marxisme-léninisme et adapté à la vague révolutionnaire qui s’est développée dans le monde avec l’idée de révolution et l’affirmation de la nécessité de la révolution. Cette période fut en même temps un processus au cours duquel le camp socialiste divisa les révisionnistes et les marxistes-léninistes. D’un côté, la résistance vietnamienne, le Mouvement des étudiants de 1968 et un certain nombre de luttes nationales pour la libération sociale, opposées à l’impérialisme et au système de gouvernement réactionnaire à un rythme accéléré, et de l’autre la lutte menée par Mao Zedong dans laquelle les communistes ont combattu le révisionnisme soviétique et les restaurateurs capitalistes qui existaient en Chine. En particulier, la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne, qui a vu le jour en Chine contre la bourgeoisie, a donné au développement de cette grande vague révolutionnaire un enthousiasme, une puissance et un courage énormes. Tandis que d’un côté les processus et les nécessités révolutionnaires étaient poursuivies et discutées, de l’autre côté se déroulait une profonde et stupéfiante lutte idéologique dans le cadre de débats sur les problèmes du socialisme.

Kaypakkaya s’est profondément inscrit dans le prolétariat international avec la lutte de classe dans le socialisme, sa position sur le social-impérialisme, sa persistance dans la guerre populaire, ses liens avec la lutte de classe et sa forte référence au président Mao Zedong. Dans ce contexte, il a pris comme référence la démarche courageuse du mouvement naxalite en Inde. Il a tracé une ligne de démarcation nette entre lui-même et la ligne aventuriste et focoiste du monde entier. En systématisant la ligne de démarcation communiste, qui se fonde sur la créativité des masses populaires, il réussit une rupture et forma sa ligne avec l’esprit et la conscience internationalistes.

C’est là, au milieu de ce processus, que Kaypakkaya a pris sa forme idéologique, politique et théorique. Il était nourri par les expériences progressives et riches de la lutte de classe. Mais ce n’est pas tout. Il était également influencé par l’audace, l’intrépidité et la richesse de pensée théorique et intellectuelle, qui détruirait tous les tabous, que la Grande Révolution culturelle prolétarienne, a suscité. Cela a fait ressortir qu’il avait de vives discussions théoriques avec les courants révisionnistes, qu’il en était venu à des résultats clairs sur la question du pouvoir politique, qu’il avait correctement analysé les problèmes de la société en Turquie, qu’il s’était clairement positionné sur les questions socio-politiques et historiques les plus fondamentales, et qu’il avait tracé le bon chemin et la bonne ligne pour la révolution. Kaypakkaya a notamment montré le caractère historique et actuel du régime politique de la classe dirigeante turque avec une clarté jamais vue auparavant. Il a ébranlé le révisionnisme du point de vue théorique et politique sur la coopération de classe en définissant le kémalisme comme un courant fasciste. En ce qui concerne le sujet de la nation kurde, il explique avec un point de vue léniniste clair avec lequel il trace une ligne de démarcation nette entre lui et tous les marxistes-léninistes progressistes, révolutionnaires et autoproclamés, qui avancent essentiellement des positions social-chauvinistes . Il a expliqué la qualité de la révolution en tant que révolution populaire démocratique et a essayé d’adopter la ligne stratégique de la guerre populaire dans le pays, avec sa base théorique et sa pratique. Il a brandi le drapeau communiste contre l’insensibilisation et l’humiliation de longue date du prolétariat et des masses populaires réprimées par le révisionnisme et l’opportunisme. Il apporta la solution aux problèmes historiques et sociaux, présentés comme déjà résolus par le révisionnisme, mais qui étaient laissés en arrière en réalité, grâce à une position complète et déterminée au MLM (marxisme-léninisme-maoïsme).

Il a également dirigé la lutte idéologique contre le mouvement centriste révolutionnaire petit-bourgeois, qui s’est développé dans les conditions dans lesquelles il vivait. De nouveau, il perfectionna et étendit sa ligne communiste par la lutte qu’il mena contre les nouveaux points de vue révisionnistes, contre le réformisme pacifiste et la liquidation. La poursuite ininterrompue de la lutte idéologique a apporté une énorme contribution au développement et au progrès de Kaypakkaya.

Il a atteint la clarté idéologique, l’affirmation politique et la compréhension théorique à un jeune âge. Sa méthode était marxiste-léniniste-maoïste. Son affirmation et sa clarté idéologique sont le résultat de la Grande Révolution culturelle prolétarienne. Sa compréhension et sa perception se sont développés au niveau de la lutte de classe. C’est une partie continue et ininterrompue de la lutte du mouvement ouvrier, de l’occupation de la terre par les paysans et de la lutte de la jeunesse qui étudie.

Son attitude communiste et révolutionnaire a conduit à son assassinat lorsqu’il est tombé aux mains des classes dirigeantes turques. Il existe toujours en tant que leader communiste du fait de son héritage dans le TKP / ML et de ses points de vue programmatiques, qui servent de guide à ce parti. Il est toujours le principal représentant du marxisme-léninisme-maoïsme en Turquie.

À l’occasion du 46e anniversaire de sa mort, son puissant héritage, sa richesse théorique et son affirmation politique ont permis de perpétuer une tradition qui ne s’est pas écartée de sa ligne et qui n’accepte aucun compromis, allant à l’encontre de la grande vague contre-révolutionnaire qui a prospéré dans le monde entier. Il a laissé derrière lui un parti et une lutte qui sont liés au communisme de manière ininterrompue depuis 47 ans.

À l’occasion du 46e anniversaire de sa mort, nous commémorons le dirigeant Ibrahim Kaypakkaya avec le serment de dévotion au communisme, de dévotion à la révolution et de dévotion à l’idéologie du prolétariat. Et nous continuerons à le commémorer. C’était un bon disciple et un continuateur de Marx, Engels, Lénine, Staline et du président Mao.

Pour son 70ème anniversaire et sa 46e année d’assassinat, il est primordial de placer au premier rang la lutte contre le révisionnisme, pour tirer des enseignements de la relation dialectique de Kaypakkaya avec le marxisme-léninisme et le maoïsme. Il n’est pas seulement d’importance historique, il est également essentiel dans la situation actuelle, où la tendance idéologique du réformisme, de l’opportunisme et du révisionnisme a également une influence sur un large front révolutionnaire et constitue donc la question principale. Les principales questions, telles que la tendance idéologico-politique de «l’impossibilité de la révolution dans un pays», l’écart par rapport à l’objectif de la dictature du prolétariat ou la liquidation et l’écart par rapport à la mission des partis communistes en tant qu’avant-garde et direction, sont les lignes de démarcation principales et fondamentales entre le marxisme-léninisme-maoïsme et le révisionnisme. Cette ligne de partage est dissimulée sous couvert de la «nouvelle pensée marxiste». Avec l’argumentation d’une lutte unifiée contre l’impérialisme et les classes réactionnaires au pouvoir, les masses ouvrières et opprimées sont soustraites à la lutte pour le pouvoir politique. Les questions relatives à l’ethnicité, aux convictions, à l’identité nationale, etc. sont de plus en plus sollicitées chez les masses dans cette direction et sont avancées dans une orientation réformiste. Dans les questions de lutte régionales et locales, elles sont de plus en plus isolées, ce qui, en réalité, ne pourrait être résolu qu’en brisant les principes fondamentaux de l’impérialisme. À travers cette situation concrète, à l’origine de cette conception fondamentale, on attend que la solution du problème soit donné par les impérialistes eux-mêmes. Les positions idéologiques et politiques marxistes-léninistes-maoïstes du camarade Kaypakkaya constituent non seulement une clé importante pour les communistes turcs et le Kurdistan turc, mais également pour tous les marxistes-léninistes-maoïstes du monde entier. En tant que moteur important de l’internationalisme prolétarien et de l’idéologie marxiste-léniniste-maoïste, Kaypakkaya occupe une place très importante en tant que dirigeant marxiste-léniniste-maoïste dans l’histoire des luttes de classe.

Le camarade Kaypakkaya vit et vivra encore dans les rébellions, les soulèvements et les luttes révolutionnaires contre l’impérialisme, le capitalisme, le féodalisme et toutes les réactions du peuple opprimé du monde sous la direction des marxistes-léninistes-maoïstes ! Pour le 70e anniversaire de sa naissance, nous nous souvenons du dirigeant Ibrahim Kaypakkaya de son lien avec le communisme, son lien avec la révolution et son lien avec l’idéologie prolétarienne. Et nous allons continuer à penser à lui.

Longue vie à Ibrahim Kaypakkaya!

A bas l’impérialisme et tous les réactionnaires!

Vive le chemin radieux de Marx, Engels, Lénine, Staline et le président Mao Zedong!

Vive l’internationalisme prolétarien!

Vive notre lutte pour la révolution, le socialisme et le communisme!

Signataires :

Parti Communiste de Turquie / Marxiste-Léniniste

Parti Communiste maoïste, Etat français

Tjen Folket – Ligue Communiste, Norvège

Parti Communiste maoïste, Italie

Comités pour la constitution du Parti Communiste (Maoïste) d’Autriche

Comité Drapeau Rouge, Allemagne

Parti Communiste du Chili, Fraction Rouge

Mouvement Populaire du Pérou (Comité de Réorganisation)

Parti Communiste du Brésil (Fraction Rouge)

Parti Communiste de Grèce (Marxiste-Léniniste)