Déclaration internationale à propos du Jour de l’Héroïsme 2020

Avec du retard, nous publions cette traduction, en français, de la déclaration internationale des Partis et organisations maoïstes à propos du Jour de l’Héroïsme, le 19 Juin, jour des prisonniers politiques révolutionnaires, qui commémore la lutte acharnée des prisonniers politiques du Pérou lors des massacres des prisons d’El Frontón, Lurigancho et Callao.

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

VIVE LE JOUR DE L’HÉROÏSME !

DÉFENDONS LA SANTÉ ET LA VIE DU PRÉSIDENT GONZALO CONTRE LE PLAN REACTIONNAIRE VISANT À L’ASSASSINER !

« Le sein inépuisable du peuple les nourrissait d’une nourriture frugale et les faisait marcher ; la lutte des classes a façonné leur esprit ; et le Parti, en tant que forme sociale première et la plus élevée, a élevé leur conscience politique, l’armant de marxisme-léninisme-maoïsme, de pensée guide, a renforcé leur combativité en les organisant dans l’Armée de guérilla populaire et, les fondant avec les masses de la paysannerie pauvre, a façonné leurs corps et leurs âmes dans la forge inextinguible de la guerre populaire. Devenus prisonniers de guerre, ils ne s’agenouillèrent jamais et, persistèrent dans le combat, se mobilisèrent et produisirent au beau milieu de luttes acharnées. Ils ont converti les sordides cachots de l’État péruvien décrépit et pourri en de brillantes tranchées de combat ».

– Président Gonzalo

 

Aujourd’hui, 19 juin, nous, les communistes et les révolutionnaires du monde entier, célébrons la Journée de l’héroïsme, en commémoration de la rébellion des prisonniers de guerre du Parti communiste du Pérou il y a 34 ans. Les prisonniers de guerre qui se sont rebellés pour défendre la révolution et leur vie contre les plans de la réaction pour les anéantir et donner un coup infaillible à la guerre du peuple. Le monstrueux et infâme génocide ordonné par le fasciste García Pérez sous mandat du gouvernement s’est heurté à la résistance acharnée et indéfectible des camarades, des combattants et des fils et filles des masses qui défendaient l’idéologie, la valeur et l’héroïsme, affichés avec audace dans un défi de guerre féroce exprimant la trilogie monumentale des tranchées de combat brillantes d’El Frontón, Lurigancho et Callao. Il s’agit d’un jalon historique qui proclame encore plus la grandeur de la Journée de l’héroïsme, en remportant une grande victoire politique, militaire et morale pour le Parti Communiste du Pérou, pour la classe, pour le peuple péruvien et les peuples du monde. Il s’agit d’une étape historique que nous célébrons dans le monde entier.

L’impérialisme est en décomposition, sa crise générale s’aggrave. Aujourd’hui, il est en « double crise », qu’il décharge sur les masses des pays impérialistes respectifs et sur celles des nations opprimées, ce qui signifie plus de faim et de misère, plus d’exploitation et d’oppression. Les masses du monde entier sont soumises à un plus grand génocide, qui porte directement atteinte à leur santé et à leur vie. Ce sont des millions de malades abandonnés à leur sort et des centaines de milliers de morts, même aux États-Unis eux-mêmes. Cette situation stimule l’approfondissement de la lutte des classes, de plus en plus les masses ont la nécessité de combattre et de résister. Elle s’exprime dans les entrailles de la bête impérialiste elle-même, maintenant enfin aux États-Unis eux-mêmes. L’assassinat raciste de George Floyd par la police a agi comme le déclencheur d’un soulèvement avec de puissantes protestations dans plus de 600 villes des États-Unis et dans de nombreuses autres villes du monde entier. Il s’agit de puissantes protestations des masses dans la lutte quotidienne contre l’État, sa police, son système.

Les masses rejettent activement les états d’urgence imposés sous le prétexte de la soi-disant « crise sanitaire du coronavirus ». Malgré toutes leurs mesures de répression, les impérialistes et les réactionnaires ne peuvent pas arrêter les protestations et la lutte des masses qui, dans le monde entier, se prêtent à la défense de la santé, des droits, des libertés et des prestations qui ont été réduits ou supprimés. Ils démontrent que l’époque de l’expropriation des exploiteurs approche et qu’ils seront détruits, qu’ils sont en décomposition. La réaction mondiale prend conscience de sa situation, elle est de plus en plus acculée, donc elle se défend plus désespérément et est encline à faire sombrer le monde dans le désastre, pour défendre sa puissance.

Comme hier et aujourd’hui, au Pérou, nous dénonçons le fait que le gouvernement fasciste, génocidaire et corrompu de Vizcarra – sous la direction des Yankee de la CIA – continue à appliquer le plan d’assassinat du président Gonzalo, avec son isolement absolu et perpétuel depuis maintenant près de 28 ans. La situation du président Gonzalo, en ces jours, s’aggrave par le danger de contracter la maladie du virus Corona. En raison de son âge et de son état de santé, il est très vulnérable au virus Corona. Les autorités de l’ancien État agissent avec une haine aveugle et une fureur meurtrière perverse contre le prisonnier politique révolutionnaire le plus important du monde, le gardant captif dans des conditions inhumaines, exposé à un plus grand danger face à l’absence de tout contrôle, à quelque niveau que ce soit, sur les mesures sanitaires prises par ses geôliers. Les autorités civiles et militaires de l’ancien État péruvien ont intentionnellement recours, selon la doctrine du code pénal, à une exécution par meurtre prémédité contre le président Gonzalo.

Face à la résistance acharnée et inébranlable du président Gonzalo pour défendre la grande direction du parti et la révolution, le plan du gouvernement pour l’assassiner continue d’être couvert par le théâtre des autorités judiciaires et des autorités d’exécution (pouvoir judiciaire, marine et INPE) pour retarder la résolution de sa situation afin de mettre fin à la nouvelle menace certaine et imminente qui pèse sur sa vie.

Nous dénonçons les misérables révisionnistes et capitulateurs de la ligne opportuniste de droite (LOD) au service du paquet de mensonges de la CIA contre le président Gonzalo, qui se présentent maintenant comme les défenseurs de sa santé et de sa vie. C’est eux-mêmes, qui ont refusé à plusieurs reprises l’assistance d’avocats internationalistes au président Gonzalo à partir de l’année 93, puis qui ont mis en avant à partir de 2000 par les moyens à leur portée, que la campagne de défense de la santé et de la vie du président Gonzalo était inutile et qu’ils y ont mis fin. Selon eux, l’État génocidaire garantirait cette santé.

Ces mêmes rats de la LOD, continuant leur service dans le cadre du plan d’extermination du Président, ont renoncé en janvier 2003 à présenter l’action d’habeas corpus pour mettre fin à l’emprisonnement du Président Gonzalo et à la prison de ces derniers eux-mêmes, se fiant aux promesses de la réaction qu’ils les obtiendraient avec de « nouveaux procès ».

La situation qui s’est présentée est que le Tribunal constitutionnel (CT) a annulé les condamnations et les procès qui se déroulaient depuis 1992 devant le Tribunal militaire et les « juges sans visage », en vertu desquels le président Gonzalo et tous les autres sont restés en prison sans ordonnance judiciaire ni code pénal valide. La résolution du CT a reconnu de facto, sans le dire expressément, le caractère arbitraire de leur détention. De-jure, tout ce qui a été fait depuis son arrestation manque de validité. L’ancien État, a pris cette mesure par le biais du CT pour « se conformer » de manière infidèle aux normes du Traité interaméricain des droits de l’homme.

Mais, le même CT, présidé par la génocidaire Alva Orelandini, au lieu d’ordonner aux juges de stipuler la libération immédiate du président Gonzalo et des autres prisonniers – dans la même résolution – a ordonné leur séjour en prison, violant leurs « droits constitutionnels », interdisant l’admission judiciaire et le traitement de l’habeas corpus afin que la violation de la liberté des prisonniers cesse immédiatement.

Comment les avocats de la LOD  ont-ils agi dans cette situation ? Ils ont gardé le silence procédural en complicité, faisant confiance aux offres réactionnaires de liberté pour tous les autres, sauf le Président. Ils n’ont déposé aucun recours contre la violation des droits du Président et des autres personnes détenues illégalement. Par leur silence, ils ont légitimé la décapitation de l’habeas corpus pour défendre la liberté du Président, pour défendre son droit à une procédure régulière, pour défendre la non-rétroactivité des normes de fond, de procédure et pénitentiaires au détriment du Président et, en raison de leur complicité et de leur confiance dans l’ennemi, d’eux-mêmes.

Les avocats et les dirigeants de la LOD ont agi en sachant qu’en déposant l’action en garantie constitutionnelle et en la faisant rejeter par les instances judiciaires de l’État péruvien, la juridiction supranationale de la Commission et de la Cour interaméricaines des droits de l’homme était accélérée. En outre, il est possible de faire appel directement, per saltum, à la CIDH, en renonçant à la voie interne (art. 46, al. 2 du Pacte de San José sur les cas de retard).

De plus, il existe un précédent, l’affaire 11.166 CIDH, en réponse à une plainte déposée le 22 avril 1993 pour séparation des charges et interdiction de protection par le juge Vásquez (décrets-lois n° 25423 et n° 25454), qui s’est terminée par l’acceptation des recommandations formulées dans le rapport n° 94-98 du 9 décembre 1998 de la CIDH par les représentants de l’Etat. Le rapport a conclu que dans cette affaire, entre autres « …le droit à l’égalité devant la loi et le droit à la protection judiciaire ont été violés dans cette affaire, ces contraventions constituant également une violation du devoir générique de l’Etat de respecter et de garantir les droits des personnes sous sa juridiction ». Dans le cas du président, il y a eu une violation plus grave, celle de sa liberté. Par conséquent, selon la CIDH, toute interdiction d’exercer une action de garantie constitutionnelle est absolument nulle. Mais, plus encore, un des avocats de la LOD a déclaré à l’époque au magazine Caretas, que le Président ne voulait pas sa liberté mais celle du reste de ses « co-défendeurs ».

Pour toutes ces raisons, nous dénonçons cette procédure des avocats et des dirigeants de la LOD. Ils n’ont jamais rien fait pour la défense de la santé et de la vie du Président Gonzalo, mais plutôt, comme nous l’avons établi, ils se sont opposés à sa juste et correcte défense juridique et à la campagne nationale et internationale. Maintenant, ils veulent se présenter comme les partisans du président. Au nom du prolétariat international et des peuples du monde, nous les appelons à cesser leur attitude de complicité avec le plan de la réaction de la CIA et du Pérou pour l’assassiner et l’induire en erreur.

Au Pérou, le gouvernement fasciste, génocidaire et corrompu a échoué dans ses trois tâches réactionnaires ; la vieille société est dans un état de décomposition avancé. Les prétendues mesures de lutte contre la pandémie et la plus grande crise économique jusqu’à présent ont échoué. Abandon de la santé publique, effondrement des hôpitaux, des milliers de malades souffrant de l’indicible et d’autres mourant sans la moindre attention sanitaire.

Il n’y a pas d’oxygène à usage médical, car le marché est monopolisé par deux sociétés yankees qui sont autorisées à produire de l’oxygène médical et le gouvernement n’autorise pas les sociétés qui produisent de l’oxygène industriel à produire de l’oxygène à usage médical (capitalisme bureaucratique et corruption).

Les masses sont désespérées et prêtes à tout pour lutter pour le pain, leur santé, la vie, contre l’État et le système lui-même. Les masses réclament la direction du PCP et la nécessité de développer la guerre populaire.

Le gouvernement et les autorités de l’ancien État, contre leurs propres normes et recommandations nationales et internationales sur la libération, l’assouplissement des conditions, en raison de la pandémie, et sur le traitement des prisonniers en général qui sont dans le groupe à haut risque en raison de la maladie, de l’âge, etc., maintiennent inchangées les conditions inhumaines de détention avec isolement absolu depuis plus de 27 ans du président Gonzalo, exposé à une contagion imminente par ses geôliers et les autorités. Tout cela avec l’aval et la complicité des « défenseurs » des droits de l’homme et des organisations qu’ils représentent, tant au Pérou que dans le reste du monde.

Nous dénonçons, une fois de plus, ce plan d’anéantissement du leader du PCP et de la révolution péruvienne par la réaction et l’impérialisme avec la complicité des dirigeants et des avocats de la LOD. Nous appelons le prolétariat international et les peuples du monde, les partis et organisations du MCI à dénoncer avec toute la rigueur nécessaire ce plan réactionnaire et à défendre le président Gonzalo, leader du Parti et de la révolution, par conséquent et inlassablement. Nous dénonçons et condamnons tous ceux qui agissent en complicité avec ce sinistre plan d’anéantissement par le vieil État et l’impérialisme, et élevons la campagne de défense de la santé et de la vie du Président Gonzalo à de plus hauts sommets !

En cette occasion solennelle, nous nous réaffirmons dans l’engagement indéclinable de suivre l’exemple brillant des héros du peuple, la mort belligérante et glorieuse de ces prisonniers de guerre avec le sang déjà versé et, face à cela, nous, les communistes du monde, assumer l’engagement indéclinable de suivre leur exemple lumineux, d’initier et de développer les guerres populaires dans nos pays au service de la révolution mondiale jusqu’à ce que la lumière éternelle du communisme soit déposée sur le globe entier sous les drapeaux invaincus de Marx, Lénine et Mao Tse-Tung, du marxisme-léninisme-maoïsme toujours vivant.

 

GLOIRE ÉTERNELLE AUX HÉROS TOMBÉS, VIVE LA RÉVOLUTION !

 

Comité éditorial du magazine « El Maoista », juin 2020

Mouvement Populaire du Peru

Vague Rouge – Danemark

Comité Drapeau Rouge- Allemagne

Comité maoïste en Finlande

Servir le peuple – Ligue communiste de Norvège

Secours Rouge Prolétarien – Italie

Noyau révolutionnaire pour la reconstitution du Parti communiste du Mexique (NR-PCM)

Parti communiste du Brésil (Fraction rouge)

Comités pour la fondation du parti communiste (maoïste) en Autriche

Parti communiste de Colombie (Fraction Rouge)

Parti communiste de l’Équateur – Soleil Rouge

Parti communiste maoïste, État français

Comité pour la reconstitution du parti communiste des États-Unis